La fille

PLUIE IMPRÉVISIBLE SUR LA CTE D'IVOIRE

Le premier producteur mondial de cacao connaît des niveaux inégaux de précipitations pendant la saison sèche actuelle, qui s'étend de novembre à mars.

La Côte d'Ivoire ne connaît généralement pas beaucoup de précipitations au cours de cette période, mais les rapports actuels montrent une différence significative dans les précipitations à travers le pays. Dans la région sud-ouest de Soubré, ils ont reçu 12,7 mm de pluie la semaine dernière, 1,1 mm de plus que la moyenne quinquennale. Voyagez légèrement au nord de Soubre cependant, jusqu'à Daloa et seulement 0,6 mm de pluie est tombé, 3,6 mm en dessous de la moyenne sur 5 ans.

De telles conditions sont typiques d'un régime climatique La Niña qui a tendance à apporter des niveaux de précipitations plus élevés en Afrique de l'Ouest et qui a historiquement entraîné des rendements de cacao plus élevés.

Dans les bassins du Pacifique et de l'océan Indien, l'homologue d'El Niño, La Niña, modifie les régimes pluviométriques. La météo est le résultat d'un phénomène dans lequel des alizés anormalement forts déplacent les eaux chaudes de surface de l'ouest du Pacifique équatorial

Climat42 a commenté l'impact que le phénomène climatique pourrait avoir sur le cacao ouest-africain :

Ces conditions de La Niña devraient avoir un impact positif, quoique seulement subtil, sur les cacaoyers en Afrique de l'Ouest, réduisant les risques de temps extrêmement chaud à la fin de la saison sèche principale, juste au moment où les arbres en ont le plus besoin.

Cependant, pour les producteurs de cacao du sud et de l'est de la Côte d'Ivoire, le temps n'a pas été aussi clément, avec des niveaux de précipitations inférieurs à la moyenne. Les agriculteurs de ces régions restent cependant optimistes, déclarant aux médias locaux que la teneur en humidité du sol reste élevée, avec de nombreuses gousses prêtes à être récoltées en janvier.

Malgré cela, la production risque toujours de souffrir du vent saisonnier de l'Harmattan, qui est le plus fort de décembre à mars. L'harmattan est un vent frais et sec qui souffle du Sahara occidental, produisant une forte baisse d'humidité et menaçant d'assécher la terre. Reuters a interviewé Parfait Sohoun, un agriculteur de la région de Daloa en Côte d'Ivoire, qui a exprimé ses inquiétudes lorsqu'il a dit ;

Il fait chaud et l'Harmattan a commencé. Les fermes ont besoin de deux bonnes pluies avant la fin de l'année.

Bien que les rendements actuels soient effectivement prometteurs, la pérennité de ce succès dépend en grande partie de l'évolution des conditions climatiques au cours des prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

vecteur de cacao

Bulletin

fr_FRFrench