dans ,

MODÈLE DE LIVRAISON DE SERVICE ECOM EXPLIQUÉ

Dernière mise à jour le 2 janvier 2021 par Nick Baskett

Gestion durable au niveau des agriculteurs: la voie ECOM

Le café est l'une des trois boissons les plus populaires au monde (avec l'eau et le thé) et l'un des produits de base internationaux les plus rentables. 1 Il a été cultivé dans le monde entier depuis l'ère de la colonisation. Aujourd'hui, au moment du développement mondial, les relations de production changent avec de nouveaux modèles comme le commerce direct et les grandes entreprises qui doivent montrer leurs références éthiques. Des problèmes au niveau de l'exploitation se posent mais peuvent être résolus par plusieurs solutions, et l'une d'entre elles est la formation d'un système de gestion formel.

Production de café indonésien

L'Indonésie est un acteur majeur de l'industrie mondiale du café. C'est le quatrième producteur mondial après le Brésil, le Vietnam et la Colombie. Le pays produit un total de 675 000 tonnes par an, dont 92,6% proviennent de petites plantations. 2

Cependant, plusieurs difficultés locales menacent sa durabilité. L'une d'elles est la tendance des jeunes agriculteurs à abandonner la production de café, qui évitent l'industrie pour des cultures plus viables comme les fruits. Une autre raison citée par les rapports est le statut perçu des producteurs de café, du moins en partie attribuable aux revenus inférieurs perçus dans la production de café. 2

Solutions de gestion

Une approche pour s'attaquer à ces problèmes consiste à former un système de gestion capable. 3 Un tel exemple est la méthodologie formalisée d'ECOM Agroindustrial Corp. Ltd, (ECOM), un marchand mondial de produits de base et une société de gestion durable de la chaîne d'approvisionnement qui applique des systèmes de gestion en Indonésie et au Vietnam.

Se concentrant principalement sur le café, le coton et le cacao, ECOM se classe mondialement comme l'un des deux principaux marchands de café et des plus grands meuniers de café en 2019. Conformément à l'engagement de l'entreprise en faveur d'un leadership durable et socialement responsable au sein de l'industrie des matières premières non durables, ECOM établit Services de gestion durable (SMS) au sein de ses sociétés d'exploitation locales.

SMS fournit des formations, des certifications et d'autres services à valeur ajoutée aux agriculteurs de leur chaîne d'approvisionnement. L'ECOM donne accès à des intrants et à des financements destinés à améliorer les performances des agriculteurs et, en fin de compte, leur rentabilité et leurs moyens de subsistance.

Sur le terrain, les modèles de prestation de services (SDM) sont des structures de chaîne d'approvisionnement au sein desquelles des services sont fournis aux agriculteurs.

Acteurs clés et fonctionnement

Entre les agriculteurs qui élèvent et récoltent les récoltes et l'entreprise (ECOM) qui peut les acheter, il y a une entité distincte qui est le SMS. Cette entité crée, par le biais de services et de produits, un environnement propice pour que les agriculteurs améliorent les pratiques, augmentent les rendements et renforcent la durabilité, transformant finalement le fermier-producteur de type ancien en un nouvel agriculteur-fournisseur participant à l'échelle mondiale.

La formation est organisée à travers leurs installations dans les zones SDM locales. Ressources provenant de tiers tels que les fournisseurs d'analyses du sol, les instituts de recherche (pour l'expertise en matériel végétal), les fournisseurs d'intrants (pour les semis, les engrais et les produits de protection des cultures ou CPP) et les fournisseurs de bâches (pour les besoins d'impression de bâche).

Pour que les SDM fonctionnent avec succès, l'ECOM déploie le recours aux Crop Doctors, qui jouent un rôle crucial dans la distribution de produits agrochimiques et d'outils agricoles à des prix abordables, ainsi que dans le prêt de leur expertise et dans le transfert de compétences. Ils partagent la responsabilité de faciliter le développement de leur zone SDM locale. 

Recrutés dans les rangs des agriculteurs locaux par le SMS pour agir en tant que facilitateur dans la prestation de services, ce sont des experts en la matière qui agissent comme intermédiaires entre les agriculteurs et le SMS.

Les services fournis par le SMS et les Crop Doctors ont un prix, cependant, et bien que les produits et services nécessaires soient commercialisés comme abordables, ils doivent être payés par l'agriculteur.

Cependant, si l'agriculteur peut voir un avantage, le service est rentabilisé et l'ECOM suit les progrès et le retour sur investissement réalisés dans le cadre de son programme. Si les revenus des agriculteurs sont trop faibles pour se permettre ces produits et services, les sources de financement extérieur sont accessibles.

Principales conclusions

Le rapport démontre que la viabilité financière et le retour sur investissement sont possibles au sein du SDM, tant pour les agriculteurs que pour le SMS. Les données graphiques du revenu net annuel SDM par région dans un périmètre de dix ans indiquent une augmentation du revenu net, montrent clairement les points de rentabilité pour toutes les régions et signalent une hausse au-delà.

Structure SDM

Bien que les services SMS soient tous disponibles indépendamment, ils sont conçus pour fonctionner ensemble et peuvent être considérés comme complémentaires.

Au sein des SDM, les services les plus cruciaux sont l'analyse des sols, la fourniture d'engrais et la fourniture de matériel de plantation pour la rénovation structurelle des arbres.

Financement

Tous les agriculteurs SDM ont atteint un niveau de revenu supérieur au seuil de pauvreté, ce qui indique qu'il existe un véritable argumentaire pour les agriculteurs d'investir dans les services offerts dans le cadre de ce programme.

L'étude a montré que la viabilité financière des SDM du café en Indonésie est vulnérable en raison de la faiblesse des marges, en utilisant un modèle à taux de rotation élevé et à faible marge. Un moyen d'augmenter les marges consiste à intégrer des services à valeur ajoutée dans l'offre de produits standard.

Tous avaient le potentiel de produire un revenu au-dessus du seuil de pauvreté ajusté, mais le SDM le plus performant en tant qu'arabica ordinaire, tandis que les coûts élevés associés à l'agriculture biologique n'étaient pas récompensés par une augmentation suffisante du prix du marché.

Bien que la SDM puisse apporter des avantages, il y a un coût associé - qui, même s'il se traduit par un bon retour sur investissement, peut être hors de portée pour certains agriculteurs, qui commencent avec un revenu de base très faible.

Comment les médecins des cultures sont-ils payés

L'objectif d'un Crop Doctors est d'améliorer les bénéfices de l'agriculteur, mais ils sont également eux-mêmes une entreprise et, dans le cadre de la chaîne de valeur, ont besoin d'un revenu pour leurs services. Le rapport a également examiné comment ils peuvent augmenter les revenus des Crop Doctors pour rendre la pratique plus attractive. Cela peut être réalisé de plusieurs manières: améliorer la marge brute (c'est-à-dire augmenter leurs prix et / ou réduire leurs coûts), augmenter la quantité de livrable ou offrir plus de services.

Le décorticage et la fourniture d'engrais sont les services les plus productifs pour le Crop Doctor. Cependant, le revenu net global sera trop faible pour inciter les agriculteurs à devenir Crop Doctors. Le SMS devra trouver des moyens d'améliorer l'analyse de rentabilité des Crop Doctors pour que le SDM, dans son ensemble, fonctionne.

Doit être accessible aux agriculteurs

Les agriculteurs doivent adopter les services afin de soutenir financièrement la SDM. Certaines régions ont besoin d'un volume élevé de services pour compenser le coût des frais généraux du SDM. Dans d'autres domaines, le SDM n'atteindra pas le seuil de rentabilité à un taux d'adoption de 50% inférieur aux prévisions.

D'un autre côté, les flux de trésorerie des agriculteurs ne sont pas suffisants pour supporter le coût d'adoption des services. Si cet écart n'est pas suffisamment compensé par les autres revenus des ménages, le succès de la SDM pourrait être compromis. Dans ce cas, il sera nécessaire de fournir aux agriculteurs un meilleur accès au financement.

Le SDM doit être viable de manière indépendante

Les défis au sein de chaque SDM sont spécifiques à chaque localité, mais des modèles généraux ont été pratiqués partout. Plus précisément, l'ECOM a déterminé que les SDM doivent être des entités distinctes financièrement viables.

L'un des avantages de cette décision est qu'il est dans l'intérêt du SDM de vendre ses produits et services à n'importe quel agriculteur, pas seulement à ceux qui revendent leurs récoltes au SDM, ce qui signifie que davantage d'agriculteurs peuvent bénéficier de leurs services. De plus, tous les domaines étaient comparables des manières suivantes:

  • La carte des services offerts par le SMS aux agriculteurs à un coût (parfois trop lourd pour les deux parties);
  • Le réseau des Crop Doctors;
  • Mise en œuvre du service disponible, que ECOM achète ou non les produits de l'agriculteur dans le SDM.

Les différences de chaque localité empêchent la réplicabilité 100% du modèle. Cela nécessite une flexibilité du SMS pour répondre à des situations spécifiques.

Services détaillés

  1. Entraînement. Tous les agriculteurs et les médecins des cultures reçoivent gratuitement une formation sur les bonnes pratiques agricoles (BPA). Il existe des centres de formation des agriculteurs gérés par SMS dans la plupart des zones SDM
  2. Certification. Le service de formation des agriculteurs comprend également une formation sur les normes de certification. Le SMS assure la disponibilité pour 3rd audits des parties en effectuant des audits eux-mêmes au niveau de l'exploitation.
  3. Matériel de plantation. Le SMS crée des pépinières pour les caféiers et les arbres d'ombrage à vendre avec l'aide de Crop Doctors comme matériel de plantation pour les agriculteurs. La collaboration avec des instituts de recherche a abouti à des variétés d'Arabica et de Robusta dans les essais du SMS. Des arbres d'ombrage sont également produits et vendus dans certaines régions.
  4. Analyse des sols et engrais. Le SMS peut fournir aux agriculteurs une analyse du sol sur place à l'aide d'appareils d'analyse du sol, après quoi ils peuvent discuter des résultats aux agriculteurs immédiatement, accompagnés de recommandations d'engrais.
    Des engrais de haute qualité sont disponibles pour les agriculteurs, conformément aux recommandations suite à l'analyse du sol pour s'assurer que les bons engrais sont utilisés dans les bonnes quantités.
  5. Traitement après récolte. Les bâches sont disponibles pour les agriculteurs auprès de Crop Doctors et dans certaines régions, elles sont disponibles à des tarifs subventionnés. Les médecins de police dans certaines régions offrent des services de décorticage, en utilisant des machines de décorticage fournies par le SMS.
  6. Accès au financement et à l'approvisionnement direct. Les intrants dans certaines régions sont donnés aux agriculteurs sous forme de crédit. Dans certaines circonstances, l'ECOM peut acheter du café directement auprès d'eux. Les intrants peuvent être fournis aux agriculteurs soit directement par SMS, soit via des intermédiaires et / ou un collecteur.

Des risques

Comme indiqué dans l'évaluation ECOM SDM, le succès du SDM n'est pas 100% certain. Certains risques clés ont été identifiés.

Pour les agriculteurs, leur faible niveau de revenu est un gros problème car cela affecte s'ils resteront dans le système SDM (ou même l'accepteront). Dans certaines régions, le niveau de revenu des agriculteurs est inférieur au seuil de pauvreté.

Le revenu net projeté pour Crop Doctors indique que les chances d'avoir une vie meilleure qu'un agriculteur sont très faibles. Le SMS aura du mal à recruter des Crop Doctors pour une prestation de services complets.

Dans de telles conditions, il est possible que certains Crop Doctors surfacturent les services et produits et affichent un manque de fidélité au SMS (bien que cela n'ait pas été inclus dans le champ d'application du étude).

Le SMS avait un délai de 10 ans pour atteindre l'équilibre, mais cela excluait les coûts de démarrage. Bien que le SMS soit structuré comme une entreprise commerciale, il est clair qu'il n'y a aucun avantage commercial direct pour les bailleurs de fonds qui en ferait un projet intéressant.

Une section sur le raisonnement de l'ECOM et de ses partenaires financiers et donateurs n'a pas été incluse dans leur rapport, mais nous pouvons supposer qu'il y a suffisamment d'avantages accessoires à avoir une industrie agricole prospère, que certains coûts pourraient être réduits. Les comptables d'entreprise auront sans aucun doute travaillé pour s'assurer que les placements sont classés de la manière la plus efficace sur le plan fiscal.

Il existe toujours un risque que la tarification des services les rende inabordables pour les agriculteurs et affecte considérablement les taux d'adoption et la viabilité financière du SDM. Les agriculteurs peuvent passer à la culture de fruits au lieu de café, comme déjà indiqué dans un SDM. Étant donné que les services SMS sont actuellement axés sur la culture du café, cela aurait un impact direct sur l'analyse de rentabilisation des SMS car ils ne pourront pas atteindre les volumes de services prévus.

La récompense

Bien que cela puisse prendre beaucoup de temps pour être évidents, tout indique des gains et des gains de production. Les solutions de gestion comme la formule d'ECOM dans les SDM indonésiens rapportent des dividendes en fin de compte, tandis que les caféiculteurs passent d'agriculteur-producteur à agriculteur-fournisseur en participant au scénario mondial.

Les références

1. https://www.britannica.com/topic/coffee

2. Autonomisation d'un jeune agriculteur pour l'entreprise de culture de café arabica à Simalungun

3. https://www.ecomsms.com/services/farming-technology/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

parler de haricots de Bartalks

BEAN TALK - MÉLANGE DE HARICOTS

Bartalks Coffee News Cast

COFFEE NEWSCAST - 21 SEPT.2020