société qoa

ENTRETIEN AVEC SARA MARQUART – LA SOCIETE QOA 'NO CACAO'

société QOA souhaite apporter une nouvelle réflexion sur la façon dont les entreprises de chocolat utilisent le cacao en vrac. Ils pensent que certains de ces produits de cacao en vrac peuvent être créés artificiellement à partir de déchets recyclés et en utilisant des ingrédients locaux moins chers et meilleurs pour l'environnement. Certains amateurs de chocolat peuvent être horrifiés, mais Sara et sa mission méritent d'être entendues.

Regardez l'interview sur notre chaîne YouTube ou écoutez le podcast. La transcription et les codes temporels pour les deux sont ci-dessous.

Transcription d'entrevue

[00:00:15.000] – Nick Baskett

Je suis ici avec Sara Marquart de la compagnie. Quelle est votre première chose que vous voulez faire. Alors vous allez m'expliquer comment vous êtes arrivé au nom de l'entreprise. D'accord? Alors je l'appelais QOA

[00:00:28.320] – Sara Marquart

Oui. Je pense que c'est aussi une chose entre les anglophones. Et disons des locuteurs natifs non anglophones. Nous avons fait un genre, disons une grande enquête, au début, nous demandons à des locuteurs natifs comment prononceriez-vous QOA ? Et la majorité a dit co. Et je pense que ce genre d'irritation avec le nom est aussi une bonne chose parce que cela vous vient à l'esprit, n'est-ce pas ? Si vous descendez le supermarché dans quoi que ce soit ? Droit. Alors d'où nous venons, nous avons réfléchi. D'accord, il y a Cacao. Il y a Cacao.

[00:01:06.720] – Sara Marquart

Nous ne sommes pas Cacao. Nous ne sommes pas Cacao. Et que diriez-vous de prendre cela comme une sorte de racine commune, puis de l'alterner et de rayer quelques lettres et ce genre de chose artistique. C'est comme s'il n'y avait pas de plus grande signification derrière ça. D'accord.

[00:01:22.420] – Nick Baskett

Mais maintenant, cela a du sens. Maintenant j'étais là. Je pensais que c'était un acronyme et je jouais à des jeux de mots pour le stylo et le papier, essayant de trouver un Q, un O et un A. Je pense qu'il est essentiel. Non, je n'arrivais pas à trouver quoi que ce soit de fantastique. Parlez-nous un peu de vous et de ce que fait QOA.

[00:01:41.100] – Sara Marquart

Oui. Alors moi, moi. Je ne suis qu'une partie de l'équipe fondatrice de QOA. J'ai fondé QOA avec mon frère Max, titulaire d'un doctorat en génie chimique. Moi-même. Je suis chimiste alimentaire, j'ai donc étudié comme un bachelier en chimie, puis un Master et chimie alimentaire. Donc je suis moi-même un grand imbécile. J'aime manger. J'aime cuisiner. J'aime le processus de transformation consistant à prendre des ingrédients et ensuite, je ne sais pas, mettre de la chaleur, mettre toutes les épices, n'importe quoi pour les transformer en quelque chose de délicieux. Et j'ai été élevé avec des parents qui aiment cuisiner et la nourriture a toujours été une partie ou une partie importante de ma vie.

[00:02:25.550] – Sara Marquart

Alors oui, c'est pourquoi j'ai décidé de passer à la chimie alimentaire. Après mon Master, j'ai passé un an dans la recherche en biotechnologie à l'Institut Fraunhofer c'est un groupe de recherche en Allemagne, ce qui est, je pense, assez prestigieux, du moins en Allemagne, avant de poursuivre mon doctorat avec Nespresso en Suisse en chimie alimentaire. Et la question était l'élucidation ou l'identification des voies menant au goût aromatique unique du café. Je pense comme une question qui est intéressante pour la plupart d'entre nous. Par exemple, vous pourriez supposer qu'après 100 ans de recherche et de café, vous savez peut-être pourquoi le café a du goût.

[00:03:07.110] – Sara Marquart

Comment ça sent le café. Comment. Mais ce n'est pas le cas.

[00:03:09.240] – Nick Baskett

En fait, j'allais dire, Sara, j'ai essayé de lire certains de vos livres blancs, mais ils étaient en allemand, et je n'ai pas traduit. J'ai donc pensé que je ferais mes devoirs, que je ferais mes devoirs et que je poserais des questions intelligentes, mais ce n'était pas le cas. Alors laissez-moi vous poser une question juste sur le côté du café, juste pour couvrir rapidement. Ce n'est pas votre premier rodéo, comme on dit en Amérique, parce que vous avez travaillé pour le café Atomo pendant un certain temps, avec lequel nous avons fait une interview il y a environ 18 mois avec Jared et Andy là-bas, et ils faisaient effectivement Je vais venir dans de toute évidence ce que vous faites un QOA.

[00:03:44.130] – Nick Baskett

Mais ils faisaient effectivement ce dont vous parlez. Mais avec du café, d'accord. Donc, vous avez dû faire avec pendant un certain temps. Et vous étiez à la tête de cette division. Correct.

[00:03:53.200] – Sara Marquart

Exactement. C'était donc 2019 qu'ils aiment, nous avons pris contact. Comme avant d'essayer Atomo, je travaillais pour le plus grand musée des sciences du monde, le musée allemand de Munich, et j'ai fait une exposition sur le café appelée Cosmos Coffee. Vous pouvez également le rechercher sur Google. Alors là, j'ai traité toutes sortes de sujets autour du café. Aussi, comme le pire café venant des agriculteurs de biologie. Quelle est l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement ainsi que l'aspect artisanal tout autour? Et cela m'a accordé en tant qu'Allemand, parce que je veux dire, quel Américain contracterait jamais un Allemand m'a également accordé une certaine visibilité aux États-Unis.

[00:04:31.170] – Sara Marquart

Et c'est ainsi que nous nous sommes mis en contact. C'est peut-être important à comprendre avant de creuser plus profondément dans Atomo. Et ouais. Et puis les deux fondateurs ont tendu la main et en gros, oui, je les ai rejoints en 2019. C'était comme une balade incroyable. Presque deux ans maintenant. Ils ont une super équipe là-bas qui prépare du bon café sans café. Et ouais. Je veux dire, je ne peux pas trop en dire sur ce qu'ils font parce que c'est aussi comme la propriété intellectuelle et tout. Mais si vous en avez l'occasion et que vous passez à Seattle ou à All Foods dans oui, prenez leur café.

[00:05:08.170] – Nick Baskett

Ils sont beaucoup de plaisir. Ce sont des gars formidables. Donc, vous avez beaucoup appris, je suppose, à partir de là. Et puis vous avez eu la démangeaison d'où est venu le transfert à Coco.

[00:05:17.140] – Sara Marquart

Et en fait, cela remonte à mon travail de doctorat, principalement dans mon travail de doctorat. J'ai analysé quel type de pierres Lego ou de blocs de construction dans le café vert se traduit par quel type d'arôme et de café torréfié. Et fondamentalement, le cacao et le café ne sont pas si éloignés l'un de l'autre. C'est vrai, vous avez un produit naturel que vous fermentez et rôtissez. Et vous avez ce processus de transformation qui consiste à transformer quelque chose en autre chose. Et mon frère, m'a-t-il demandé plus tôt, c'est que vous ne pouvez pas sortir commercialiser ma recherche de doctorat.

[00:05:53.420] – Sara Marquart

Et j'ai dit, oui, mais, vous savez, comme, cela a été fait pour Nestlé et cela est fait sur du café. Et c'est comme, ouais, mais qu'en est-il du cacao ? C'est comme, ouais, en fait, pourquoi pas ? Droit. Et c'est en fait comme ça que j'ai commencé. Nous sommes venus du côté de la solution. Et puis nous avons appris les problèmes environnementaux que le cacao peut avoir au moins du cacao de masse qui est produit pour un produit de masse. Je ne parle pas du bon cacao d'origine unique d'un Venezuela ou d'une Colombie équatorienne, je parle seulement de ce chocolat qui finit dans un M&M ou plus.

[00:06:25.980] – Nick Baskett

Oui. Oui. Absolument. Parlons simplement de ce que vous faites chez QOA. Alors pourquoi ne pas simplement expliquer, expliquer ce que c'est ? Quel est l'objectif ?

[00:06:39.820] – Sara Marquart

L'objectif est donc de fabriquer un chocolat durable et adapté à un marché de masse. Applications chocolatées pour vos snickers enrobage pour pépites de chocolat et céréales, pour poudre de cacao dans les gâteaux et yaourts et boissons chocolatées. Ce genre de choses. Nous voulons donc vraiment satisfaire l'appétit pour le chocolat à l'échelle mondiale avec des marchés émergents comme la Chine, le Japon et ailleurs. Et avec ce genre de relâchement de la pression sur la chaîne d'approvisionnement du cacao, parce que je pense que, comme tout le monde veut manger du chocolat, nous n'avons qu'une seule planète et pouvons cultiver du cacao partout.

[00:07:22.450] – Sara Marquart

Et je pense que nous avons peut-être une solution pour alléger la pression de la chaîne d'approvisionnement avec cela.

[00:07:26.760] – Nick Baskett

Droit. Il y a donc un certain nombre de directions différentes dans cette conversation, mais certainement cela et pas assez pour une conversation. Nous devrons peut-être vous faire revenir une autre fois. Mais il y a certainement beaucoup de défis, tout le monde est conscient des défis ESG sur le marché. Et ils couvrent tout, des problèmes de revenu vital pour les agriculteurs à, comme vous parlez de la chaîne d'approvisionnement. Maintenant, en ce moment, alors que nous enregistrons ces frais d'expédition, ils sont devenus astronomiques, et il n'y a tout simplement pas assez de conteneurs, l'arriéré des ports, tout le conteneur. Nous réalisons maintenant que toute la logistique, qu'elle contient tout le réseau logistique, était une sorte de juste à temps.

[00:08:15.710] – Nick Baskett

Ça a marché. D'accord. Tant que tout continuait, dès que vous arrêtiez des choses comme, vous savez, ils ont récemment fermé le port en Chine, et avant cela, nous avions fermé au Brésil et fermé au Vietnam, fermé à divers autres endroits . Dès que vous fermez des ports, vous avez des arriérés, vous avez des problèmes, vous avez une incapacité à déplacer les marchandises et les prix sont devenus absolument astronomiques. Maintenant, cela soulève une autre question, pourquoi expédions-nous des produits dans le monde entier ?

[00:08:48.670] – Nick Baskett

Et comme vous l'avez dit, eh bien, parce qu'il pousse près de l'équateur, une grande partie des produits que nous voulons poussent dans certaines régions. Et donc cela alimente une question que je veux aborder directement et sur quoi nous devrions probablement avancer un peu, la question que nous voulons aborder directement, c'est ce que si vous ne faites pas cela à partir de cacao, quels sont les matières premières que vous utilisez ? Et pouvons-nous ou comment pouvons-nous résoudre certains de ces problèmes, en modifiant peut-être la dynamique de l'emplacement de ces matériaux ?

[00:09:22.570] – Nick Baskett

Est-ce une partie du problème que vous essayez de résoudre? Oui.

[00:09:25.320] – Sara Marquart

Donc, je pense que ce que vous avez souligné est un fait assez important que nous aimons un peu les humains ont tendance à produire quelque chose pour quelque chose dans le sud global, et les nutriments du sol de l'environnement entrent dans ce produit dans la fève de cacao dans ce cas . Et puis nous le transportons dans le nord global. Ainsi, nous avons non seulement le transport d'une délicieuse fève de cacao du Ghana vers la Suisse, mais nous avons également un transport de facto des nutriments du sol. Nous aimons donc en quelque sorte exporter des sols nutritifs vers la Suisse.

[00:09:59.600] – Sara Marquart

Et c'est une partie du problème. Et nous avons dit, d'accord, faisons une approche régionale que nous pouvons faire du chocolat avec des ingrédients qui poussent dans une certaine zone avec des chaînes d'approvisionnement courtes, avec des chaînes d'approvisionnement directes. Et maintenant, en ce qui concerne les ingrédients que nous utilisons, l'utilisation d'ingrédients naturels peut sembler encore opaque. C'est pour le nommer assez clairement. Par exemple, les cosses de pois de la production de pois, les cosses d'avoine ou l'avoine également. Puis aussi des tourteaux de l'industrie agroalimentaire, comme l'huile de colza. Je pense que chez nous, cela s'appelle de l'huile de canola.

[00:10:41.840] – Nick Baskett

C'est correct. Oui.

[00:10:44.020] – Sara Marquart

Il y a donc beaucoup de déchets alimentaires produits qui ont eux-mêmes ou ont eux-mêmes une empreinte carbone CO2. Ainsi, par exemple, un kilogramme de déchets alimentaires a, par exemple, 2,5 kilogrammes d'empreinte carbone. Et en quelque sorte, la conservation de ces ingrédients, qui sont parfaitement adaptés à la consommation humaine, n'est tout simplement pas apparue dans le passé avec des processus pour les valoriser pour la consommation humaine. C'est pourquoi nous devons les éliminer. Et nous avons proposé l'approche de fermentation, comment nous pouvons les transformer en quelque chose qui a le goût et la sensation du chocolat.

[00:11:22.370] – Sara Marquart

Bien sûr, ce n'est pas du chocolat, mais c'est là où nous en sommes en ce moment.

[00:11:25.790] – Nick Baskett

Donc, ce livre nous amène à l'essentiel, c'est-à-dire que vous faites du chocolat sans chocolat, n'est-ce pas. Et les gens pourraient dire, eh bien, attendez une seconde. Comment ça sonne? Cela semble fou. B. Êtes-vous fou ? Et bien, tu sais ce que n'est-ce pas ? Qu'est-ce? Steve Jobs d'Apple a dit, voici les fous. Ou peut-être qu'il a cité quelqu'un d'autre. Mais c'était le Voici pour les fous était, je pense, peut-être l'un de ses discours ou publicités les plus célèbres d'Apple, à l'époque.

[00:11:58.260] – Nick Baskett

Et ce sont donc les fous qui changent le monde. Droit. Mais ma question est, pouvez-vous expliquer à quelqu'un qui se gratte la tête en ce moment et qui dit clairement que le chocolat a le goût du chocolat parce qu'il vient de cette matière première. J'imagine donc des scientifiques dans un laboratoire avec des blouses blanches, des lunettes et des stylos dans leurs poches supérieures avec des boîtes de Pétri essayant de grandir. Je dis juste, d'accord. Cela vient à l'esprit de tout le monde. Et ils vont faire pousser du chocolat qu'ils grattent pour me dire que ce n'est pas comme ça que ça marche.

[00:12:40.980] – Nick Baskett

A quoi cela ressemble-t-il réellement ?

[00:12:43.380] – Sara Marquart

Je pense donc que ce que les gens ont vraiment en tête, comme vous l'avez dit, c'est les blouses de laboratoire et quelque chose qui pousse dans le laboratoire. De plus, je pense que cela a été renforcé par toute cette histoire de viande cultivée en laboratoire qui fait son apparition dans la culture.

[00:12:56.810] – Nick Baskett

Oui. Exactement. Exactement.

[00:12:58.460] – Sara Marquart

Et nous ne le faisons pas parce que j'ai aussi l'impression que je ne veux pas manger quelque chose qui a été cultivé en laboratoire. Donc, ce que nous faisons fondamentalement ressemble plus à un processus de brassage de la bière. Donc, nous obtenons ces ingrédients, par exemple, de la cosse de pois ou de la pelure de pomme de terre ou de l'avoine, et nous les prenons dans notre cuisine, disons, et nous avons un fermenté. Ils sont similaires au brassage de la bière d'une certaine manière. Et nous avons diverses levures qui, vous savez, de la cuisson, vous savez, de la fabrication de la bière chez nous ainsi que dans l'Est, grignotent ces ingrédients et sortent un peu les blocs de construction qui font en quelque sorte partie de la arôme et goût de chocolat.

[00:13:39.610] – Sara Marquart

Et puis nous le torréfions de manière conventionnelle, et nous finissons par avoir une poudre de cacao qui a, je veux dire, vous ne pouvez pas l'appeler de la poudre de cacao, n'est-ce pas. Mais cela a les propriétés sensorielles de la poudre de cacao. Et pour faire du chocolat, vous n'avez pas seulement besoin de poudre de cacao, comme vous le savez peut-être, mais vous avez également besoin de la partie beurre, comme le lipide ou la vivacité pour la libération de saveur entre 32 et 35 degrés Celsius. Vous avez donc cette sensation en bouche douce, n'est-ce pas. Et nous avons que diriez-vous d'appliquer cette chose de fermentation que nous faisons, comme avoir de la levure produisant notre chocolat également sur cette partie.

[00:14:16.540] – Sara Marquart

Et nous avons trouvé une levure, une certaine levure qui fait exactement cela, grignotant également ces sous-produits et faisant caca le beurre de cacao. Et maintenant nous pouvons avoir de la poudre de cacao, du beurre de cacao. Et nous pouvons faire du chocolat au lait au chocolat blanc ou du chocolat au lait et du chocolat noir sans produits laitiers. Donc dans l'ensemble, ce que nous utilisons, nous utilisons de la levure que les civilisations humaines utilisent depuis 5000 ans, et c'est grignoter quelque chose et produire autre chose. Et, par exemple, lorsque vous faites du pain, la levure mange le glucose et produit du CO2 et de l'éthanol.

[00:14:52.140] – Sara Marquart

Et dans notre cas, ce n'est pas le cas pour un éthanol, mais il s'agit de lipides et de composants aromatiques.

[00:14:58.020] – Nick Baskett

Les lipides sont donc une sorte de graisse.

[00:15:00.060] – Sara Marquart

Droite.

[00:15:00.370] – Nick Baskett

Parce qu'exactement à la limite de mes capacités scientifiques, puis-je simplement dire que je peux vous dire que vous ne travaillez pas dans le marketing parce que vous avez utilisé le mot caca deux fois, ce que vous n'êtes pas autorisé à faire si jamais vous le mettez dans votre brochure?

[00:15:13.320] – Sara Marquart

Je créais juste en sécrétant des sons encore pires. Exactement. Faire caca.

[00:15:21.250] – Nick Baskett

Amende. Mais la question est, vous avez parlé du remplacement du beurre de cacao, et c'était une question qui allait être l'une de mes questions dans la mesure où je peux en quelque sorte presque comprendre à quel point il n'est pas gras, et c'est peut-être presque certainement une limitation de mon ou démonstration de mon ignorance. Mais je peux comprendre comment aimer les produits chimiques et les matériaux non gras à produire, mais cela je ne le sais pas. N'est-ce pas plus difficile à produire qui a le même genre de caractéristiques que le beurre de cacao ?

[00:15:57.600] – Sara Marquart

Et je pense que c'est vraiment là que réside notre, disons, notre savoir-faire technologique, et comme trouver la bonne chaîne de levure qui fait exactement cela un beurre de coco avec la bonne composition en acides gras. Et ouais. C'est donc là que nos recherches trouvent le bon car nous ne connaissons que cette base. Droit. Mais il y a, genre, des millions de cordes chacune. Il s'agit de mutants de chaînes. Maintenant, un autre nom qui fait peut-être peur. Mais c'est comme si l'évolution se poursuit en tant qu'humains, mais aussi avec la levure. Il existe également des levures qui modifient le métabolisme, les produisent et les criblent.

[00:16:38.130] – Sara Marquart

Vous vous retrouverez avec une levure qui produit, heureusement, le même beurre de cacao que vous l'avez trouvé dans le cacao conventionnel. Et aussi leur cacao de Malaisie a un beurre de cacao différent de celui qu'ils veulent du Ghana, puis du Venezuela. Le beurre de cacao n'est pas non plus toujours du beurre de cacao - aussi, certains changements d'où vous l'avez.

[00:16:57.220] – Nick Baskett

Je comprends parce que c'est un fait que l'absorption des produits chimiques et des odeurs environnantes est l'un des plus gros problèmes lorsque vous produisez réellement du cacao biologique, le beurre contenu dans ces fèves de Cocoq, si elles sont laissées, par exemple, à côté des sacs de café en absorbera une partie de ces odeurs de café. Et vous devez donc faire attention à la façon dont cette graisse de cacao est traitée, expédiée et entretenue. D'accord. Partir, comment rentrez-vous ? Où est le dénominateur commun que vous prenez cela aussi, quand vous essayez d'établir que je veux faire quelque chose qui peut avoir le goût du cacao qui peut agir, je suppose, comme le cacao où parce que vous devez le transformer en barre de chocolat ou à un certain point, à droite.

[00:17:49.370] – Nick Baskett

Il doit donc avoir les mêmes caractéristiques dans la façon dont il fonctionne, à moins que vous ne modifiiez l'ensemble du processus de fabrication. Donc en fait, c'est une question à poser dans une minute qui concerne le processus de fabrication, le matériau. Mais où prends-tu ça ? Par où commencez-vous ? Vous commencez à un certain niveau d'ADN. Par où commencer pour comprendre les caractéristiques aromatiques du cacao ? Et puis, comme vous le dites, vous utilisez de la levure, et je peux juste nous expliquer un peu ce processus.

[00:18:23.450] – Nick Baskett

J'ai du mal à l'expliquer. Eh bien, mais je pense que vous comprenez ce que je dis. Ferez-vous cela au début.

[00:18:29.700] – Sara Marquart

Oui. Nous avons donc commencé à manger beaucoup de chocolat. Évidemment, nous avons commencé cela ressemble à une bonne excuse que nous avons vraiment mangé ; Je ne sais pas, genre, tous les jours. Je connais dix barres pour avoir une idée du goût du chocolat. Et nous et nous réalisons que le goût du chocolat avec lequel nous avons tous grandi n'a pas une certaine préférence. Quand il s'agit de chocolat. L'un pourrait aimer Cadbury, l'autre Lindt, l'autre le cacao d'origine unique 70%. C'était donc la première prise de conscience que la fabrication du chocolat.

[00:19:02.700] – Sara Marquart

C'est un peu plus facile que, par exemple, nous voulons faire du café parce que nous avons tous une compréhension différente du goût du chocolat ou des préférences différentes. C'était la première chose. Nous avons donc beaucoup goûté. Nous avions des panélistes, nous avions des experts qui disaient, OK, c'est le genre de paramètres qu'il faut clouer quand on veut avoir un goût de chocolat. Ensuite, nous avons corrélé les données que nous obtenons des experts sensoriels avec les données analytiques que nous obtenons, comme la chromatographie en phase gazeuse. Ce sont tous comme, laissez les termes. Maintenant, ils pourraient couper la Chroma, la chromatographie et toutes ces choses qui nous donnent une sorte d'idée de ce que les humains peuvent goûter.

[00:19:45.870] – Sara Marquart

Comment pouvez-vous dire cela dans les points de données ? Comme, comment pouvons-nous connecter les deux et ensuite avec cette connexion des deux, comme, les gens pourraient appeler cela l'apprentissage automatique de nos jours ou peu importe comment vous pourriez l'appeler. Vous aurez alors une sous-compréhension de ce que vous devez en quelque sorte aimer, imiter ou que vous devez faire ou que la levure doit faire du cacao. C'était donc un peu le point de départ. Nous sommes venus de manger du chocolat à ce moment-là, le décomposant en, en fait des points de données que vous devez clouer pour en faire du chocolat et ensuite, d'accord, comment pouvons-nous obtenir ces ingrédients, ces composés à ces composés d'arôme, plus anciens et de goût .

[00:20:21.550] – Sara Marquart

Où pouvons-nous les obtenir? Comment pouvons-nous les obtenir? Et comment pouvons-nous les obtenir en utilisant de la levure en utilisant la fermentation des sous-produits.

[00:20:29.000] – Nick Baskett

Donc, j'obtiens à Sara l'élément d'analyse, et ce que vous faites, c'est essentiellement que vous faites ces tests en laboratoire des différents tests sur le chocolat pour comprendre et cartographier les points de données. Donc, vous êtes fondamentalement capable de prendre quelque chose qui, je suppose, nous semble subjectif parce que j'ai goûté, je vais, oh, c'est grâce à vous. C'est acide ou autre. Et vous pouvez dire, oui, je peux. En fait, je peux réellement représenter cela comme des points de données ce bit, je reçois. Alors maintenant, vous avez des points de données représentatifs. Vous pouvez dire cette collection, comme la matrice, vous regardez les chiffres, vous pouvez dire, ah, c'est acide.

[00:21:08.810] – Nick Baskett

C'est vrai. C'est amer. C'est n'importe quoi. Et vous pouvez rassembler tous ces points de données. Et vous pouvez dire, je comprends cela. Maintenant, ce que je ne comprends pas, c'est ce que je suppose que je pense. Mais ensuite, vous essayez de recréer cela. Et quand vous dites, eh bien, nous utilisons la levure dans la fermentation, n'est-ce pas ? Pour moi, la levure est un côté droit de la Marmite. Je pense que c'est la seule chose. Argh tu es un amoureux de Marmite. Oui. On va monter sur un puits.

[00:21:41.300] – Sara Marquart

Alors oui, je sais. Je vois où tu veux en venir. Et oui, comme, la saveur du cacao et la saveur du chocolat viennent le plus, comme, la plupart de la saveur vient du traitement de la fermentation, de la torréfaction, du conchage. Ainsi, avec notre approche de la levure, nous définissons le type de base de référence que nous définissons, pour ainsi dire, comme le cacao cru fermenté. ou cacao si vous voulez. Dans ce cas, nous définissons la pré-torréfaction de base. Donc, nous aimons un peu, ce que nous faisons, c'est avec cette approche de fermentation. Nous ne reproduisons pas encore le cacao torréfié.

[00:22:23.180] – Sara Marquart

Nous devons encore le griller, nous avons donc un torréfacteur, et je pense que ce qui est essentiel pour cela, c'est que la réaction de Maillard porte le nom du chimiste français est et nous Maillard qu'il a fondé en 1912 ou quelque chose comme ça. C'est la réaction des acides mineurs et des glucides, et vous trouvez cette réaction dans n'importe quel type d'aliment et je reviens maintenant à mon amour gourmand. Alors quand par exemple, est-ce quand vous faites des frites, du pop-corn, du café, de la torréfaction, faites cuire un gâteau. Cette réaction a lieu partout où vous avez, par exemple, une formation de saveur avec la chaleur et le temps.

[00:22:56.660] – Sara Marquart

Vous avez cette réaction de Maillard. Et vous devez aussi le faire pendant la torréfaction. Et maintenant, plus important encore, pendant l'étape de conchage. Et je ne sais pas si vous êtes familier avec le conchage ou. Oui. Donc vous avez, genre, je ne sais pas, 4 heures, 8 heures, 12 heures, 72 heures si vous voulez, vous avez une température 50s 60 70. Donc vous avez, genre, tous ces facteurs dont vous avez besoin pour la réaction de Maillard avec. Maintenant, vous avez les ingrédients produits à partir de la levure, pour ainsi dire, le cacao brut, et vous pouvez les transformer maintenant, comme le cacao.

[00:23:26.620] – Sara Marquart

Alors vous avez les mêmes réactions qui se produisent, les mêmes réactions de Maillard. Ce n'est donc pas comme une réaction chimique dans un laboratoire. Imaginez que cela se passe n'importe où ailleurs, comme tout le temps. Alors on le torréfie, on le conche, et puis on se retrouve avec cette saveur. Et c'est donc un peu comme une saveur dérivée du processus similaire à la transformation naturelle du cacao.

[00:23:46.060] – Nick Baskett

D'accord. Donc le traitement réel n'est-il pas si différent ? Ou la façon dont vous faites ressortir ces saveurs n'est pas très différente ici. Le secret est le secret dans lequel vous avez un oui spécial, des cultures que vous utilisez, ou est-ce cela ?

[00:24:07.140] – Sara Marquart

C'est la levure que nous utilisons ce profil. C'est la seule chose et aussi l'approche unique que nous avons adoptée en connectant les signes sensoriels humains, comme manger du chocolat avec des signes analytiques, puis en le décomposant sur le type de blocs de construction dont nous avons besoin. Et c'est essentiellement ce que j'ai fait ces dix dernières années. Comme, j'ai fait des recherches sur la chimie de Maillard. Je viens de la chaire de chimie Maillard proprement dite, mondiale. C'est donc mon expertise de base. Et ouais. Je pense donc que l'astuce réside dans la complexité de relier des points, puis de transférer ces points pour trouver les bonnes chaînes de levure, profiler de nombreux travaux de profilage et de fermentation et trouver les bonnes enzymes et qui peuvent ensuite transformer votre sous-produit en quelque chose comme le cacao.

[00:25:00.740] – Sara Marquart

Ou le cacao, dans ce cas, fait-il partie du non-processus ?

[00:25:05.910] – Nick Baskett

D'accord. J'ai compris. Alors, Sarah, pourquoi se concentrer uniquement sur le marché du cacao en vrac ? Le marché du chocolat en vrac était-ce une décision technique, une décision commerciale ou une sorte de décision éthique ?

[00:25:19.840] – Sara Marquart

Tout ce qui précède? Je pense, tout d'abord, je veux dire, j'aime le chocolat, non ? Et j'adore une bonne fève d'origine unique pour barrer du chocolat, genre, et il n'y a rien de tel. Et, Max, nous ne voulons pas avoir, nous voulons que le cacao reste correct, et je pense que c'est pourquoi nous voulons du chocolat de masse parce que nous avons aussi adoré nos années de petit-déjeuner quand nous avons été frappés avec du cacao et du chocolat. Nous voulons aussi préserver cela. Mais on pense aussi que le cacao qui s'y retrouve la plupart du temps, même pas sourcé de la bonne manière.

[00:25:57.880] – Sara Marquart

Ou c'est en fait un gaspillage qui finit là parce que, la contribution réelle du cacao au produit dans son ensemble, c'est tellement tellement petit, tellement peu qu'il est dommage de gaspiller ces ressources et d'en venir ensuite à l'aspect technique . De plus, si vous souhaitez imiter une seule barre d'origine unique du Venezuela ou d'Indonésie, nous devrons donc proposer à chaque fois un nouveau processus comme nous pourrions le faire. Mais c'est comme si nous étions alors en concurrence avec des gens qui font vraiment un travail incroyable.

[00:26:34.360] – Sara Marquart

Cette source de cacao incroyable qui est cultivé dans une forêt qui provient directement. Et ce n'est pas là que nous le voulons. D'accord.

[00:26:44.340] – Nick Baskett

Entendu. Mais par le site commercial pour une seconde, à quel point vos mathématiques sont-elles bonnes ?

[00:26:49.760] – Sara Marquart

Oui. Je pense que je devrais être bien.

[00:26:54.120] – Nick Baskett

D'accord. Alors j'essayais de faire le calcul, et je me suis dit, pourquoi est-ce que je réponds à ces questions ? Je vais juste poser les questions et faire le travail facile et disons que je fais les choses difficiles. Vous achetez donc une tonne de cacao. Je suppose que départ usine ou ferme, ou peut-être que c'est FOB au Ghana pour environ 1750 la tonne. Et puis vous avez les frais d'expédition dont vous avez tous discuté. Et qui sait ce que ceux-ci vont réellement aller de l'avant. Et puis vous avez les coûts de manutention portuaire et les coûts logistiques pour les amener à l'usine.

[00:27:28.760] – Nick Baskett

Et c'est à ce moment-là que vous commencez à transformer la valeur ajoutée, en supposant que c'est ce que vous faites, en supposant que vous apportez des fèves et non des produits semi-finis, etc. Vous avez tous ces coûts. Ce n'est en fait pas beaucoup, n'est-ce pas. C'est en fait assez bon marché. Mis à part le côté expédition des choses, c'est en fait assez bon marché.

[00:27:46.630] – Sara Marquart

C'est trop bon marché.

[00:27:47.900] – Nick Baskett

C'est trop bon marché. Mais c'est le prix que paient les fabricants de chocolat.

[00:27:53.340] – Sara Marquart

Oui.

[00:27:54.280] – Nick Baskett

Comment envisagez-vous si vous vous dirigez vers le marché du cacao en vrac ? Avez-vous fait vos calculs et trouvé comment vous pouvez leur faire parvenir cela au même prix ou moins cher ? Et c'est même la direction dans laquelle vous essayez d'aller.

[00:28:09.300] – Sara Marquart

Je pense donc que lorsque vous parlez de chocolat en vrac, comme les grandes entreprises, ils se soucient certainement de la durabilité. Mais ce qui leur importe le plus, c'est le prix. Et vous devez atteindre la parité des prix. Et c'est aussi comme l'un des principaux points de départ que nous savions que nous devions atteindre le prix parce que toutes ces startups qui sont là aujourd'hui, elles font de belles recherches, des trucs de culture cellulaire allant sur le marché, peut-être 2030, peu importe. Et nous savons que si vous voulez avoir, si vous voulez avoir un impact, nous devons respecter le prix.

[00:28:39.240] – Sara Marquart

Et donc nous nous sommes engagés avec la société aux États-Unis qui nous a aidés à modéliser cela parce que nous voulions obtenir les bons chiffres, car Max est également ingénieur, je suis chimiste. Je ne suis pas économiste, hein. Et nous avons obtenu de l'aide. Et par exemple, le chiffre approximatif d'une tonne, donc 1 000 kilogrammes d'avoine, c'est 165 €. C'est donc le facteur dix moins cher que le cacao. Et la chaîne d'approvisionnement est beaucoup plus courte. Donc, cela place dans nos cartes que ces cinq produits sont extrêmement bon marché et que l'avoine n'est même pas un sous-produit.

[00:29:13.990] – Sara Marquart

C'est un aliment de valeur. Donc je pense que nous avons l'avantage de notre côté que les ingrédients que nous utilisons notre source au niveau régional, ils sont moins chers. Mais quel est l'inconvénient sur notre et le conducteur surprise que nous devons le traiter avec cette partie de fermentation, qui est plus chère mais autre chose, ils torréfient la mouture et la conchin est la même chose avec le chocolat. Donc la seule différence pour nous est la partie fermentation. Au final, nous nous retrouvons 20% moins cher que le chocolat en vrac.

[00:29:44.540] – Sara Marquart

Et c'est comme lorsque nous produisions 2023, j'ai appris à connaître 100 tonnes ou autre par an. Oh, disons, mais nous n'allons pas nous retrouver là, mais peut-être 2024 quelque chose comme ça. Nous n'avons donc même pas besoin d'escalader un niveau fou pour atteindre ce prix.

[00:30:00.740] – Nick Baskett

Je vous comprends, donc vous abordez en fait ma prochaine question est un beau segway, qui parle d'évolutivité. Maintenant, chaque fois que je parle à des technologues qui ont des idées incroyables, le squelette secret dans le placard, que je ne veux jamais montrer aux investisseurs et qui terrifie quiconque soulève, est l'évolutivité. Et parce que quelque chose qui pourrait fonctionner dans un laboratoire, c'est toujours, toujours, toujours, toujours le plus gros problème est de le faire évoluer pour avoir un impact significatif sur le marché ou pour atteindre vos objectifs ou votre potentiel. Disons que nous savons quel est le marché potentiel pour le cacao en vrac.

[00:30:39.200] – Nick Baskett

Et c'est énorme. Droit. Faire fonctionner cela et le démontrer à petite échelle est une chose. L'échelle peut-elle vraiment être vraiment significative. Avez-vous abordé les problèmes d'évolutivité ?

[00:30:55.760] – Sara Marquart

Donc aussi, comme parler avec cette entreprise que nous avons engagée aux États-Unis, nous avons déjà tracé une sorte d'usine pilote avec un CAPEX d'environ 3 millions, et nous pourrions en produire 100. Je devrais avoir un Max pour l'exact chiffres, mais je peux produire suffisamment de chocolat. Cependant, cela doit être prouvé évidemment. Donc je pense que ce qui est plus facile pour notre cas autre que, par exemple, les trucs de culture cellulaire. Nous n'avons pas besoin de stérilité. Nous n'avons pas besoin de ce genre de bioréacteurs où vous devez en quelque sorte obtenir une échelle.

[00:31:32.400] – Sara Marquart

Notre technologie est fondamentalement une sorte d'imaginaire au fur et à mesure que nous grandissons. Ainsi, les coûts du matériel sont plus faciles à égaler. Mais bien sûr, nous sommes également confrontés à des problèmes de mise à l'échelle. Et je mentirais si je disais que c'est facile. Nous n'avons pas l'expertise. Nous ne sommes pas des ingénieurs de procédés. Je suis chimiste alimentaire. Max est ingénieur, mais oui, ce sera un défi à l'avenir. Nous devons clouer la mise à l'échelle. Cela va être un défi. Peut-être pas le plus gros, mais l'un des plus gros.

[00:32:01.680] – Nick Baskett

Parlons aligné sur cela. Parlons du grand mouvement de l'agriculture verticale. Et je veux juste vous demander si vos plans d'évolutivité sont en quelque sorte basés sur l'utilisation des entreprises agricoles verticales ou sur la copie de leur type de techniques. C'est comme ça que vous comptez le faire ou en fait, ce n'est pas vraiment comme ça. Il parle d'une ferme verticale qu'ils utilisent, qu'ils plantent en fait, alors que vous allez procéder d'une manière différente. Mais voyez-vous une utilité pour les fermes verticales dans vos plans d'évolutivité, ou est-ce juste une question vraiment stupide ?

[00:32:42.230] – Nick Baskett

Une question sans sequitur ?

[00:32:43.260] – Sara Marquart

Non ce n'est pas. Donc, nous n'avons pas encore pris cela en compte. Nous n'en avons pas tenu compte car ce système serait aussi un pari sur l'avenir. Les chiffres que nous avons inventés à partir du sous-sol que nous avons en ce moment. Méthodes agricoles supplémentaires, produits régionaux et disponibilités similaires, approvisionnement.

[00:33:05.500] – Sara Marquart

Disponibilité que nous avons en ce moment

[00:33:08.440] – Nick Baskett

est le processus de fabrication. Je veux l'appeler cacao. Comment dois-je appeler le produit ?

[00:33:17.500] – Sara Marquart

appelez-le QUOA.

[00:33:19.200] – Sara Marquart

D'accord.

[00:33:19.660] – Nick Baskett

D'accord. Nous appellerons donc également le produit QOA, pas seulement l'entreprise.

[00:33:22.720] – Sara Marquart

Alors si vous aimez.

[00:33:28.880] – Nick Baskett

D'accord. Vous savez que vous connaissez Quora, n'est-ce pas. D'accord. Donc Quora fait comme une alternative végétarienne à la viande.

[00:33:40.860] – Sara Marquart

Je crois que j'en ai entendu parler à base de champignon.

[00:33:50.020] – Nick Baskett

Vous ne voulez tout simplement pas créer de confusion entre les deux. La QOA, la QOA que vous faites. Dans quelle mesure cela consomme-t-il de l'énergie si les coûts de l'énergie évoluent fortement contre vous, cela modifie-t-il considérablement la dynamique de votre modèle d'entreprise ?

[00:34:11.800] – Sara Marquart

Oui. D'une certaine manière, parce que la fermentation demande de l'énergie, il faut de l'agitation, il faut du chauffage, mais aussi, comme la torréfaction. Et le concept est appliqué, mais aussi pour l'industrie du chocolat. Nous avons donc une partie de l'équation qui pourrait augmenter, comme la partie fermentation. Mais ce n'est pas le plus gros. La plus grande partie est toujours la torréfaction de la torréfaction.

[00:34:35.960] – Nick Baskett

D'accord.

[00:34:36.430] – Sara Marquart

Tout droit. Cela affectera en quelque sorte toutes les entreprises, car généralement, vous le ferez avec du gaz.

[00:34:43.280] – Nick Baskett

Et combien de je pense que nous parlions plus tôt. Vous avez mentionné que vous pourriez également utiliser des déchets. Ainsi, vous achetez peut-être de nouvelles matières premières, mais vous pouvez également utiliser des déchets. Pensez-vous que cela va entrer dans votre produit final ? Quel pourcentage peut-on effectivement valoriser les déchets ?

[00:35:12.700] – Sara Marquart

Ainsi, les premiers types de produits que nous avons expédiés étaient 100% basés sur le gaspillage alimentaire de manière si circulaire. Mais on s'est aussi rendu compte que ce qui est aujourd'hui un déchet alimentaire pourrait être à l'avenir, l'ingrédient le plus cher. Droit. Si, comme, par exemple, parlons des tâches d'avoine que nous utilisons, nous devons fabriquer dix millions de tonnes de chocolat à base de cosses de rôti et les tâches d'avoine pourraient être la partie la plus chère. Nous devons donc trouver des ingrédients alternatifs qui pourraient ne pas être d'origine alimentaire.

[00:35:44.390] – Sara Marquart

Nous devons donc être flexibles à cet égard. C'est ce sur quoi nous travaillons beaucoup pour ne pas dépendre de la chaîne d'approvisionnement, ni des ingrédients maintenant de la disponibilité régionale, afin que nous puissions fournir une solution pour les Philippines où ce n'est peut-être pas l'avoine. Alors pourquoi devrais-je produire du chocolat en Allemagne à base d'avoine, puis l'expédier dans le monde entier aux Philippines ? Il faut donc y trouver des solutions. Et c'est aussi ce à quoi nous nous attaquons en ce moment. Mais c'est plus comme, bien sûr, prendre un peu plus de temps.

[00:36:14.660] – Nick Baskett

L'un des bienfaits vantés du cacao. Et c'est en fait l'une des choses que j'aime particulièrement, c'est à peu près l'une des principales raisons pour lesquelles je peux voir qu'une petite quantité de cacao de très bonne qualité provient d'une entreprise en Écosse appelée Chocolate Tree. Le gars qui le fait Alistair est incroyable. Et il vend ses merveilleux flocons de cacao au kilo et du chocolat Belize 85%, du beurre de cacao et un peu de sucre de canne biologique. Et je le mélange dans un verre avec une petite quantité d'eau chaude, et je fais un shot, que j'ai l'après-midi.

[00:36:54.610] – Nick Baskett

Je veux dire, le

[00:36:56.080] – Sara Marquart

Cela semble incroyable, vous devriez faire de la publicité, c'est comme.

[00:37:03.260] – Nick Baskett

Je suis juste honnête sur ce que c'est parce que je donne ça aux gens qui viennent, et ils pensent que j'y ai ajouté quelque chose. Je dis non, il n'y a pas d'arôme. Il n'y a rien, et ils sont comme, mais ça n'a pas le goût du chocolat. Ceci est incroyable. C'est tellement intense, et c'est fruité, et ils essaient de me cerner sur ce qui est différent. J'aime, non, c'est la saveur du cacao, mais aussi et c'est bien cette eau. Il n'y a pas de lait et on y met du lait ou quoi que ce soit d'autre, mais pour moi aussi, je m'intéresse aux bienfaits cardiovasculaires.

[00:37:38.300] – Nick Baskett

J'ai lu les livres blancs qui ont été produits. Je ne sais pas. Il y a eu, je pense, il y a un an ou deux, un certain nombre de nouvelles études qui ont été menées sur les bienfaits cardiovasculaires en particulier. Alors aidez à la prévention de l'athérosclérose ou des personnes qui ont des difficultés à marcher car elles peuvent avoir certaines non pas une neuropathie, mais différents types de maladies cardiovasculaires. Et les études ont montré que le cacao était l'un des meilleurs produits en termes de flavanols et de polyphénols qu'il contient.

[00:38:20.350] – Sara Marquart

Cardiovasculaire.

[00:38:21.360] – Nick Baskett

Je suppose que j'avais cette question parce qu'elle semblait beaucoup plus intelligente lorsque nous avons écrit nos questions. Mais après avoir écouté ce que vous avez dit, vous vous dirigez vers le marché du cacao en vrac. Je voulais juste le couvrir. Vous n'allez pas avoir ces avantages, ces avantages de votre produit QOA, n'est-ce pas. Si vous allez utiliser différents matériaux pour le fabriquer, vous ne pouvez pas hériter des avantages qui seront maintenus pour le cacao haut de gamme. Est-ce correct?

[00:38:52.760] – Sara Marquart

Donc, oui, ce que nous ne pouvons pas comprendre exactement, ce sont les bienfaits du cacao pour la santé. Mais je pense que ce que vous aimez aussi déjà, un peu comme inclus dans votre question, c'est que vous trouverez ces avantages dans un pourcentage élevé de cacao. Ouais, ce n'est pas en moi. Pas dans un bar de Mars. Exactement. Parce que si vous voulez manger des barres de Mars pour les bienfaits pour la santé, vous devez, je pense, sept kilogrammes de Mars.

[00:39:15.560] – Nick Baskett

C'est possible

[00:39:20.800] – Sara Marquart

 Donc, toutes les recherches s'appliquent à peu près aux discussions sur le pourcentage de cacao très élevé et j'aime aussi, je viens de tirer les chiffres.

[00:39:28.230] – Sara Marquart

Je pense qu'il y a quelques jours du Washington Post, vous devez manger comme sept barres de chocolat de taille moyenne aux États-Unis. Je pense que la taille moyenne est de 50 grammes après chaque six, trois et 50 gars de mandrin par jour pour vraiment mesurer le rendement.

[00:39:44.500] – Nick Baskett

Je pense que les études qui étaient comme quatre. Ils leur donnaient quatre coups intenses de cacao par jour sur une période de trois mois. Je vais dire que je me trompe peut-être, mais c'était beaucoup plus important que ce que je bois.

[00:39:56.060] – Sara Marquart

Mais pour répondre équitablement à votre question et ne pas agir comme un politicien. D'une certaine manière, cependant, ont des avantages pour la santé différents. L'une est que nous n'avons pas de théobromine qui est un analogue de la caféine, donc vous pourriez l'appeler plus adapté aux enfants d'une certaine manière, car ce n'est pas un stimulant. C'est une chose. Nous avons aussi les avenanthramides de l'avoine comme ces composites très bénéfiques, c'est une chose. Et nous avons aussi des flavonoïdes et des antioxydants qui se trouvent dans l'un des ingrédients que nous utilisons pour obtenir un goût étrange et amer si vous le souhaitez.

[00:40:33.620] – Sara Marquart

En fait, je ne devrais pas trop en parler, mais il y a un résidu de la fabrication du vin et vous savez peut-être qu'un resvératol qui est l'adresse du vin rouge est très bénéfique pour la santé.

[00:40:46.570] – Nick Baskett

Ouais.

[00:40:47.820] – Sara Marquart

Cela pourrait être potentiellement je ne sais pas. Je suppose que je finirai aussi dans notre chocolat.

[00:40:51.290] – Sara Marquart

Et puis vous avez un peu comme la santé

[00:40:53.790] – Nick Baskett

Max vous maudit en ce moment depuis la ligne de touche.

[00:40:58.200] – Sara Marquart

Non, mais vous pourriez un peu imaginer avoir les bienfaits du vin rouge dans votre chocolat sans alcool. Mais bien sûr ce n'est pas pareil car le cacao est différent. Mais je pense que si vous voulez profiter du cacao, procurez-vous ce bon chocolat au cacao Belize 85% et faites-vous plaisir

[00:41:17.600] – Nick Baskett

toute cette histoire sur les produits chimiques. Je peux prononcer le résevernol dans tous les vins rouges. J'ai lu cela il y a des années et j'ai essayé de boire plusieurs bouteilles de vin par jour, et j'ai peut-être eu quelques bienfaits pour la santé, mais la gueule de bois ne valait pas la peine d'en payer le prix, alors

[00:41:36.080] – Sara Marquart

Je peux imaginer.

[00:41:37.660] – Nick Baskett

Donc je ne peux pas faire ça. Mais oui, non, c'est très intéressant ce que tu dis. Et vraisemblablement, vous n'avez pas non plus de cadmium, ce qui pose problème à certains. C'est fascinant. Nous allons revenir une autre fois, mais nous n'avons presque plus de temps.

[00:41:53.510] – Nick Baskett

Nous reviendrons une autre fois, Sara. Et nous allons parler un peu plus du côté du changement de l'offre et de certains des problèmes avec le social, parce que je pense que c'est une question importante à poser. Je ne voulais pas me laisser distraire. Je veux vraiment m'en tenir à la science aujourd'hui. Je deviens un peu ringard.

[00:42:11.900] – Sara Marquart

Mais peut-être que je peux me lancer là-dedans avec une seule chose. Ils veulent que nous impliquions des écologistes. Nous nous engageons donc avec des personnes qui nous aident à évaluer l'impact de notre invention sur les pays d'origine. Parce qu'une chose que j'ai apprise de l'exposition que j'ai faite, c'est que l'inventeur ne pense généralement jamais à l'impact que l'invention pourrait avoir à grande échelle. Par exemple, en pensant aux capsules Nespresso, l'inventeur n'a pas pensé à ce que les déchets d'aluminium pourraient comme résultat potentiel. Et c'est pourquoi, pour nous, il était important dès le tout début de nous engager avec les écologistes, avec les ONG pour résoudre ce problème.

[00:42:51.860] – Sara Marquart

Comment pouvons-nous, non seulement en réduisant la pression sur la chaîne d'approvisionnement, aider les agriculteurs à avoir des familles qui vivent du cacao, n'est-ce pas ?

[00:43:01.940] – Nick Baskett

Oui. Ce serait sympa d'en parler. Et le plus grand exemple de scientifiques qui se trompent est bien sûr la bombe atomique. Et si jamais vous lisiez le fantastique de Richard Feynman. Nous avons écrit un certain nombre de livres, mais son livre fantastique, vous plaisantez sûrement, M. Feynman. Il donne un merveilleux portrait de son implication dans le développement de la bombe nucléaire. Mais bien sûr, personne n'a vu où cela allait. Ils avaient leurs raisons à l'époque. Et donc vous avez je dirais myope mais vous avez une intelligence artificielle très limitée lorsque vous développez quelque chose, vous le développez dans une intelligence artificielle très limitée.

[00:43:36.190] – Nick Baskett

En ce moment, c'est un autre exemple. Je suis à une chose, nous pouvons le terminer d'une manière légèrement étrange parce que j'allais le terminer là. Mais j'ai oublié de mentionner j'ai juste oublié de mentionner que vous êtes sorti de Y Combinator.

[00:43:50.640] – Sara Marquart

Oh oui.

[00:43:51.200] – Nick Baskett

C'était un peu choquant pour moi. Je suis genre, attends une minute. Y Combinateur. Donc les gens ne savent pas. Y Combinator est un incubateur d'entreprises technologiques. Et j'essaie de penser à probablement penser aux entreprises les plus célèbres qui sortent. Je ne me souviens pas, mais je vais probablement faire une supposition sauvage et dire que quelque chose comme PayPal ou quelque chose est sorti de ce genre de société que vous attendez de Y Combinator. Vous êtes sorti de Y Combinator. La nourriture devient-elle technologique maintenant

[00:44:21.760] – Sara Marquart

vraisemblablement. Mais je pense que la principale motivation pour nous était quand nous avons rejoint en mai, que nous sommes allemands. Nous sommes très structurés. Nous prévoyons donc de faire les choses lentement, comme embaucher les premières personnes à la fin de l'année et des choses comme ça. Droit. Et Y Combinator nous a donné ce genre de façon de penser à l'américaine pour accélérer les choses, l'hypercroissance, faites-le rapidement pour une journée de démonstration. C'était comme il y a deux, trois jours. Nous devions avoir un produit, et c'est ce que nous devions clouer, non ? Nous avons donc dû nous concentrer sur la fabrication d'un produit.

[00:44:56.550] – Sara Marquart

C'était une chose. Et aussi, nous ne sommes plus comme une start-up allemande décousue quelque part à Munich en train de faire quelque chose. Mais nous sommes la startup Y Combinator qui fabrique le premier chocolat au monde sans cacao. Oh, il y a une notification. Désolé.

[00:45:09.120] – Nick Baskett

C'est bon. Votre prochaine réunion est prévue.

[00:45:12.240] – Sara Marquart

Et pour répondre à votre question, si cela devient technologique maintenant, je pense que la nourriture a toujours été technologique. Si vous pensez à l'agriculture, l'agriculture comme les humains a tendance à utiliser la technologie pour transférer des aliments et à ne pas abuser de l'exemple de la fermentation, qui, comme le brassage de la bière, est en soi un processus technologique. Et je pense que pour Y Combinator, il y a de plus en plus de startups biotechnologiques de la technologie alimentaire qui s'y intéressent également. Et, oui, je ne sais pas quelle était leur motivation pour nous emmener. Peut-être qu'ils aiment le chocolat, ou peut-être qu'ils aiment la technologie.

[00:45:52.930] – Sara Marquart

Je ne sais pas.

[00:45:54.020] – Nick Baskett

Vous avez postulé chez eux, n'est-ce pas ? Vous avez postulé auprès d'eux et vous avez dit, d'accord, nous voulons suivre ce processus. Nous voulons obtenir une partie de ce mentorat, avoir accès aux personnes impliquées, et elles vous ont embauché. C'est vraiment incroyable.

[00:46:05.700] – Sara Marquart

Oui. Et bien, tu l'as vraiment honoré, parce que j'ai toujours voulu être là. Et je représente pour nous.

[00:46:12.240] – Nick Baskett

C'est juste l'étalon-or en termes d'incubation. Alors félicitations pour ça. Nous avons vraiment hâte de voir où vous allez avec cela. J'espère que tu reviendras. Je ne nous ignore pas. Et nous chercherons à vous parler à l'avenir et à voir quel genre de progrès vous obtenez, n'hésitez pas à m'envoyer du chocolat. Je serai heureux d'investir mon temps pour vous aider à évaluer votre direction de manière stratégique en mangeant autant de chocolat que vous voulez m'en envoyer. Et ça a été un plaisir. Merci beaucoup pour votre temps, Sara.

[00:46:43.220] – Sara Marquart

Merci, Nick. Merci de m'avoir. C'était génial.

[00:46:45.550] – Nick Baskett

C'était une explosion.

Laisser une réponse

fr_FRFrench