Les fèves de cacao

COCOBOD INVITE LES PAYS AFRICAINS À SE JOINDRE

Le directeur général du Ghana Cocoa Board (COCOBOD), Joseph Boahen Aidoo, encourage les autres pays africains producteurs de cacao à rejoindre l'Initiative Ghana – Côte d'Ivoire sur le cacao. 

L'initiative est basée au Ghana et a été créée dans le cadre d'un effort de collaboration entre le Ghana et la Côte d'Ivoire visant à améliorer les moyens de subsistance des producteurs de cacao.

Selon M. Aidoo, les nations africaines qui produisent collectivement environ 80 % du cacao mondial devraient s'unir afin d'avoir plus d'autorité pour contrôler le prix de la marchandise.

En particulier, COCOBOD a les yeux rivés sur le Nigeria pour être le prochain membre de l'initiative. M. Aidoo s'est adressé à une délégation nigériane de cinq membres lors de leur visite au Ghana pour étudier les opérations du COCOBOD, et a expliqué comment leur soutien serait dans l'intérêt du continent dans son ensemble. « Si le Nigéria se joint et, espérons-le, le Cameroun se joint à nous, nous pouvons avoir une force très formidable au sein de l'industrie mondiale du cacao. Si nous sommes en mesure de le faire, nous pourrons alors avoir plus de poids sur le marché lorsqu'il s'agira de décider du prix du cacao », a expliqué le directeur général. Il ajoute : « Nous serons heureux que davantage de pays se joignent à l'initiative car la taille de l'oiseau est déterminée par ses plumes. Si nous pouvons attirer plus de membres, cette organisation deviendra plus grande et plus forte.

Si le Nigéria se joint et, espérons-le, le Cameroun se joint à nous, nous pouvons avoir une force très formidable au sein de l'industrie mondiale du cacao. Si nous sommes en mesure de le faire, nous pourrons alors avoir plus de poids sur le marché lorsqu'il s'agit de décider du prix du cacao.

M. Aidoo, PDG, COCOBOD

M. Aidoo a exprimé son mécontentement quant à la façon dont les pays importateurs dictent le prix du cacao, alors que les leaders mondiaux de la production de cacao n'ont pas leur mot à dire et doivent recevoir moins de 10 % de la valeur totale.

Quand vous regardez notre part dans cette industrie de 130 milliards US$, ce n'est pas le meilleur que nous n'obtenions même pas six pour cent. C'est inacceptable. Nous devons nous unir en tant que force économique africaine du cacao pour décider du prix du cacao afin d'améliorer la vie de nos agriculteurs.

M. Aidoo, PDG, COCOBOD

La délégation nigériane, dirigée par Abdullai G. Abubakar, directeur du Département fédéral de l'agriculture, s'est rendue au Ghana afin d'apprendre du COCOBOD, dans l'espoir de reproduire une partie de ce qu'elle a appris dans ses propres opérations. Le Nigeria fait actuellement pression pour être inclus dans le programme LID, qui profite aux producteurs de cacao au Ghana et en Côte d'Ivoire, en leur versant un taux forfaitaire de $400 US par tonne de cacao. 

M. Aidoo a déclaré que pour que le Nigeria puisse bénéficier du programme LID, le pays avait besoin d'une structure pour réglementer ses opérations. M. Abubakar a semblé d'accord, disant "L'industrie du cacao non réglementée et libéralisée au Nigéria prive les petits producteurs de cacao de revenus annuels." Il a exprimé son optimisme quant au fait que la visite pour apprendre du COCOBOD du Ghana contribuerait à améliorer la production de cacao du Nigéria de 340 000 tonnes à 500 000 tonnes d'ici 2024.

M. Aidoo et M. Abubakar ont convenu que la combinaison des forces des pays africains renforcerait l'autorité du continent et serait finalement nécessaire s'ils espéraient contrôler les prix du cacao à l'avenir.

Source des photos : Nestlé | Flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vecteur de cacao

Bulletin

fr_FRFrench